Déménagement

Déménagement 64015728_19e34ace8d_oVoila, aucun regret, je quitte la plateforme Unblog et continue mon blog vers WordPress. Heureusement, la plupart des articles se sont exportés convenablement. A bientôt dans mon nouveau chez moi!

 

- Livresquement entropique! c’est désormais par ici - *clic clic*

Actualisez vos blogroll,  flux RSS et que sais-je encore, la nouvelle adresse est celle-ci: http://lysentropik.wordpress.com

 

(crédit photo: Flicker d’Ania *)

And the winner is…

Wordpress

WordPress.com !

J’étais passée complètement à côté, honte à moi. Hé oui, WP fait des blogs hébergés et ça, c’est vraiment chouettasse. Oui, j’ai envie de dire chouettasse.

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas déserter Unblog à la minute. J’ai encore du design, du CSS, du peaufinage à faire avant de me sentir chez moi sur mon blog bis WordPress avant de quitter celui-ci. Je vous tiendrais informé de l’avancement des travaux. 

Faire mes valises vers une nouvelle plateforme de blog?

Bloguer ailleurs...Aujourd’hui, point de critique de livres ou de films. Mais plutôt un questionnement sur l’hébergeur de mon blog, Unblog, comme le titre du billet l’indique.

Il faut savoir qu’à l’origine, j’avais choisi cette plateforme car elle utilisait l’interface WordPress pour la gestion de son blog. Hé oui, c’est alléchant quand on sait que WordPress fait partie des plateformes non hébergées les plus performantes. Le fait qu’Unblog ne soit pas connu ne m’effrayait guère, de même que le fait que les scripts et le java soient interdits ; à moins qu’on veuille un blog bling-bling façon skyblog, on peut très bien se passer des scripts. Alors pourquoi suis-je en train de pinailler à me poser des questions existentielles sur un déménagement possible?

 Tout simplement, parce qu’Unblog n’est pas la plateforme qui me convient, je ne doute pas que certains en soient ravis mais les défauts semblent s’accumuler.

  • Bugs avec les lecteurs de flux RSS notamment Netvibes
  • Trackbacks inactivés ( pour cause d’utilisation abusive par les spammeurs)
  • Forum d’aide à la communication plus que restreinte( impossible d’avoir une réponse claire si encore on a la chance d’avoir une réponse)
  • Java et scripts donc interdits (hé oui, ça s’ajoute!)
  • Design des blogs très très  limités

Cela ne paraît pas grand chose mais tout ensemble, ça me gêne. Et je sais donc qu’à long terme, ça va me faire criser. Vu que mon blog est tout récent, le déménagement ne posera pas de gros problèmes, je pense.

A celà, s’ajoute un autre question, quelle nouvelle plateforme vais-je choisir? Avez-vous des conseils?

Sachant que j’ai déjà testé Over-blog et que j’ai détesté. Il reste donc Canalblog, Centerblog, Blogspot…? Je suis friande de conseils. Merci à tous :)

Coeurs de Lune, de Mercedes Lackey, Tanith Lee et C.E. Murphy

coeursdelune.jpgPlutôt que de vous mettre la fiche type que je crée pour chaque ouvrage que je lis, je vais d’abord vous parler de la compilation en elle-même. En effet, Coeurs de Lune est une compilation sur un même thème – celui de la lune- de trois courts romans: La magie de la la lune de Mercedes Lackey, La nuit des sept lunes de Tanith Lee et La lune rouge de C.E. Murphy.  Cette compilation a été éditée en 2008 par Luna, un label des éditions Harlequin. Ah, je vous vois pousser des cris d’orfraies à la lecture de ce nom. Oui, vous avez bien lu, Harlequin alias les éditions des bouquins à l’eau-de-rose et des romans de gare kleenex qui ont un intérêt littéraire très mitigé. Alors pourquoi me suis-jetée à corps perdu dans ce livre? 

Pour deux raisons, je l’avoue. Premièrement, à cause de la thématique, la lune est un corps astral qui m’a toujours fasciné et depuis l’aube des temps, elle est liée au mystique voire au fantastique. Deuxièmement, à cause de Tanith Lee, autre prêtresse des romans vampiriques à l’instar de la non-moins célèbre Anne Rice, dont j’avais depuis longtemps entendu parler et dont je n’avais rien lu. En dépit de ma réticence envers la maison d’édition sus-nommée, j’ai finalement craqué. Même si je le reconnais entièrement, le titre de ce recueil, ainsi que sa couverture, sont quand même assez cucul-la-praline, voire trop.

Vu qu’il s’agit de trois romans, il serait trop fastidieux de vous proposer une critique des trois dans un seul billet. J’y consacrerais donc un billet pour chacun. En attendant, je vous donne quand même mon sentiment général sur cette compilation (de 408 pages au total), son intérêt et sa pertinence. Je vous préviens, cela ne va pas être triste.

J’ai donc abordé ce recueil avec méfiance mais aussi avec une certaine curiosité puisque je n’avais lu aucun de ces trois auteurs. L’éditeur nous fait grâce d’une préface qui expliquerait le choix de la réunion de ces trois textes en un seul ouvrage, le directeur de collection ne doit pas être très loquace. Et donc sans préambule, on commence directement par le premier roman, La magie de lune de Mercedes Lackey puis suivent les deux derniers récits. Il n’y a pas plus d’épilogue ou de postface. C’est de la compilation pure et dure, comme on faisait tout seul, du temps des radio-cassette, ses propres compilations musicales.

Une fois l’ouvrage refermé, je me suis rendue compte de mon erreur, ou plutôt de mon inattention. Si j’avais été enchantée par l’attrait lunaire du recueil, j’avais complètement fait abstraction du premier mot du titre de l’ouvrage. Hé oui, Coeurs de lune. Qui dit coeur, dit sentiment et souvent dans le romanesque, on réserve ces questions ultra essentielles aux femmes. Pour résumer le concept de recueil, ces trois textes parlent de femmes, de leur sentiments et la lune joue un rôle un peu mystérieux dans tout ça. Bon, je vous rassure, cela ne parle pas QUE de ça bien que ce soit le lien principal entre ces trois romans. Autre point pour vous rassurer, si le texte de Lackey est bien dans la mouvance fantasy, celui de Tanith Lee est à mi-chemin entre fantasy et fantastique et enfin celui de Murphy a quelques pointes de fantastique.

Globalement, je n’ai donc pas aimé ce recueil. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Ceci dit, comme vous le verrez dans mes prochains billets, il y a des qualités dans certains de ces romans même certains que je n’ai pas détesté. Mais si je devais analyser objectivement cette compilation, elle n’est pas pour le pur fan de fantasy ou de fantastique. Car malgré tout, on sent un peu le côté Harlequin marketing nunuche [le destiiiiiiiiin de ces "pauvres petites femmes frêles et fragiles qui ont bobo dans leur petit coeur"] et cela m’a gênée.

1etdemisur5.gif

1234



l'amour est un tout qui ne ... |
Mon petit nuage |
69lyon76 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amillou
| le buddleia de balham
| Melusine