Archive pour la Catégorie 'Livres'

Page 2 sur 2

Le sang du temps, de Maxime CHATTAM

Le sang du temps de Maxime ChattamFiche signalétique:

Titre: Le sang du temps
Auteur: Maxime Chattam
Année: 2007
Editeur: Pocket
Format poche, 467 pages.

Quatrième de couverture: Dans Le Sang du temps, l’auteur noue deux intrigues sans rapport apparent pour bâtir un thriller impitoyable, entre présent et passé. Le présent, c’est l’automne 2005 : Marion quitte Paris dans l’urgence et se réfugie au Mont-Saint-Michel par l’intermédiaire de la DST, où elle est accueillie par une communauté religieuse et où très vite elle se sent espionnée… Le passé, c’est un certain mois de mars 1928, en Egypte, lorsqu’on retrouve des enfants au corps meurtris dans des nécropoles de l’agglomération du Caire… Serait-ce là l’œuvre de la Goule monstrueuse des Mille et une nuits ? La rumeur circule, même si le détective Matheson n’y croit pas…

Mon avis: Dans cet ouvrage, deux intrigues s’entremêlent. A mon humble avis, il y a une intrigue de trop: celle de Marion. On stagne vite et on comprend alors que l’histoire de l’héroïne n’est qu’un prétexte déguisé pour faire vivre la deuxième intrigue, celle du passé. Toutefois, les atmosphères sont agréablement retranscrites, celle du Mont Saint-Michel, mystérieuse et spirituelle et celle du Caire, exotique, mystique parfois brutale. On peut noter d’ailleurs l’extraordinaire documentation de Chattam afin de livrer des descriptions fidèles et non pas des inventions fantaisistes. J’ai remarqué une petite incohérence dans les noms des religieux du Mont ce qui m’a chagriné tout le long du récit.  J’ai bien aimé ce livre malgré tout et en grande partie, grâce à l’énigme du Caire, très bien ficelée. Chattam nous emmène sur des chemins qui sont, en fait, des impasses et l’on se surprend à chercher des indices pour dénouer l’enquête du détective anglais Matheson. Pour moi, c’est donc un thriller en demi-teinte, à cause de la différence d’intensité.  Outre quelques longueurs et un vocabulaire parfois répétitif, le style est fluide et agréable. Notons que les meurtres perpétrés au Caire sont d’une violence rare et plein d’une macabre ingéniosité ce qui pourrait gêner le lecteur un peu trop sensible.

2etdemisur5.gif

Terre Natale, Tome 1 de la Légende de Drizzt, de R.A. SALVATORE

Terre Natale - Livre I - La légende de Drizzt, de R.A. SalvatoreFiche signalétique:

Titre: Terre natale
Cycle: Tome 1 de la trilogie de l’elfe noir
Année: 2008
Editeur: Milady
Grand format, 376 pages.

Quatrième de couverture:
Drizzt est un elfe noir, un drow, né en Outreterre, un monde souterrain où abondent les créatures maléfiques et où le pouvoir s’obtient par la guerre ou le meurtre. L’honneur, l’amitié, l’amour n’y ont pas leur place. Drizzt y fait le rude apprentissage d’une vie de servitude au sein d’une société où chaque maison est dirigée par une matrone. Bien qu’il ait été élevé dans un système de valeurs totalement perverti et qu’il soit rompu à l’art du combat, Drizzt prend peu à peu conscience qu’il n’est pas comme les autres drows. Il aspire à une vie différente et refuse de devenir un assassin au service de sa maison. Mais il sait que, s’il veut survivre, il doit dissimuler et peut-être nier sa véritable nature. Jusqu’au jour où cela ne suffira plus. Et ce jour-là, Drizzt devra se battre seul contre tous.

Mon avis:
C’est le livre fondateur de légende du drow renégat. Un must-have pour tous les passionnés de Donjons et Dragons et, notamment, du monde imaginaire des Royaumes Oubliés. Salvatore nous dépeint l‘Outreterre et Menzoberranzan, la ville drow, avec force de détails merveilleux et effrayants et nous explique les rouages complexes de la société elfe noire: sa politique, son culte et son matriarcat omnipotent. Mais le coeur de l’ouvrage, c’est bien Drizzt lui-même, son évolution dans ce monde auquel il se sent étranger. La relation conflictuelle avec sa mère, Matrone Malice et ses soeurs, confirme que Drizzt est différent des autres, il ose s’opposer. Enfin, les idéaux qu’il se forge grâce à ses expériences et à son père-mentor, Zaknafein, vont l’amener à faire des choix cruciaux qui le suivront tout le reste de sa vie.

L’auteur excelle dans les descriptions sans alourdir le propos. Les dialogues sont bien pesés et nous reflètent parfaitement la cruauté de ce peuple. Inutile de dire que j’ai adoré, je me suis laissée guider sans rechigner dans les méandres des souterrains outreterriens. Une pure merveille, un classique du genre grâce un auteur qui maîtrise aussi bien le fond que la forme.

4etdemisur5.gif

12



l'amour est un tout qui ne ... |
Mon petit nuage |
69lyon76 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amillou
| le buddleia de balham
| Melusine